C'est une lecture qui occupe mon article aujourd'hui... Et c'est une suite... Que je n'ai pas tardé à lire pour une fois, puisque vous pouvez trouver mon article sur La lettre qui changea le destin d'Harold Fry... au mois d'avril.

queenie
Queenie dans son centre de soins palliatifs St Bernardine, apprend qu'Harold Fry a bien reçu sa lettre lui annonçant son cancer, mais plus que cela, elle apprend qu'il entreprend un voyage à pied pour venir la rejoindre... Elle ne s'attendait pas à ça... Et cela lui fait peur : son cancer est déformant, et même s'il arrive à temps avant sa mort ( ce dont elle doute finalement... ) il ne reconnaîtra pas la jeune femme qu'il a connu il y a 20 ans... Mais surtout elle garde au fond d'elle des secrets qui le concernent, et comment faire pour l'affronter... Une nouvelle religieuse du centre lui propose une solution : elle doit écrire son histoire, sa vérité dans une longue lettre qu'elle l'aidera à transcrire ( Queenie écrira en steno pour aller plus vite... ).
Nous suivons donc cette longue confession, et ce long retour en arrière il y a 20 ans...

J'avais hâte de lire cette suite, car j'avais beaucoup aimé le premier épisode. En fait de suite c'est plutôt la genèse de l'histoire : comment les personnages se sont rencontrés, quels sont les liens qui les ont unis et qui font qu'Harold a entrepris cette marche insensée pour elle, quel drame l'a obligée à fuir sans se retourner...
Je dois avouer qu'au début j'étais très mitigée... J'avais l'impression de découvrir des secrets de Polichinelle... Cette prévisibilité gâchait un peu ma lecture, jusqu'au milieu du roman où je me suis débarrassée de ce sentiment et où j'ai profité du récit qui alternent entre souvenirs et vie quotidienne au centre de soins palliatifs, dans lequel tous les pensionnaires se remettent à vivre grâce à la marche d'Harold en attendant la mort qui n'est jamais loin...
Donc finalement j'ai aimé ma lecture, et j'ai versé quelques larmes...

roman#4